23-02-2015

Communiqué du 20 février 2015


DEVASEMENT DE LA RANCE, OỦ EN EST-ON ?

Le curage du piège à sédiments du Lyvet qui a débuté fin novembre 2014, devrait se terminer à la fin de ce mois, le 28 février 2015 pour ne pas gêner la nidification des oiseaux.

 

COEUR Émeraude communique sur ce dossier en le présentant comme « exemplaire, innovant, durable, pérenne et préfigurant les actions du futur PNR Rance Côte d'Émeraude ».

 

Qu’en est-il, concrètement ?

 

Cette fosse, creusée en 2001, était comblée depuis 2004 et depuis son curage était très attendu.

En 2001, 93 000 m3 de sédiments avaient été enlevés. Aujourd’hui, 14 ans plus tard alors que l’envasement est devenu galopant et menace à brève échéance la navigation, il n’est prévu d’en extraire que 65 000 m3...

Ce nouveau curage s'inscrit dans un programme porté par COEUR Émeraude qui prévoit d'extraire cette même quantité de 65 000 m3 de vase tous les 3 ans, alors que les apports sédimentaires dans le bassin maritime de l’usine marémotrice sont évalués à 150 000 m3 pour la même période... C'est très insuffisant et cela ne permettra, ni de réduire l'envasement, ni de maintenir les usages maritimes, de façon durable.

 

Les sédiments extraits sont acheminés vers le « centre pérenne de transit des sédiments de la Rance » de Saint-Samson, pour être dessalés et valorisables en amendement agricole. Ce centre de transit, nous dit COEUR Émeraude, est conçu pour vider le piège tous les 3 ans.

Cette conception de curage périodique ne répond pas à l’objectif de maitrise durable de l’envasement du bassin maritime.

Ce n’est que la reprise d’un moyen expérimenté dès 1996 mais inadapté aux volumes de vase accumulés qu'il faudrait extraire ... et dont le financement des prochains curages est loin d’être assuré.

 

Notre association déplore une communication biaisée, orientée sur la « pérennisation du centre de transit » qui n'est qu'un outil, plutôt que sur la capacité du programme de curage périodique proposé à maitriser l’envasement de façon durable et pérenne.

 

Le programme de COEUR Émeraude, reste d’un impact trop limité par rapport à la problématique de l’estuaire. Un véritable plan de gestion durable des sédiments, c’est tout autre chose...